Pour celui ou celle qui
« ne pourrait pas ne pas »
s’y risquer …

Vigneron
en deux mots

Le vin est un produit fascinant.
Les Grecs lui ont dédié un dieu et la littérature nous a offert mille et une façons de décrire l’ivresse.
Le faire ne manque pas de poésie, mais nécessite également d’autres qualités.
Il faut savoir être chef d’entreprise, c’est-à-dire avoir une vision et savoir mettre en place une stratégie pour qu’elle se concrétise. Il faut savoir être manager, agriculteur, gestionnaire et commercial.
Savoir être amoureux de la terre et de la paperasse !

Comprendre ce qu’est le vin en termes de dégustation, c’est différent que de le comprendre en termes de production. Ce serait comme aimer aller au restaurant et se penser d’emblée capable de « devenir restaurateur ».

Concrètement
ce qu’il faut

  • Des informations / compréhensions théoriques : les référentiels et les métriques.
  • Etre conscient du quotidien : pour mettre en place cette nouvelle vie sans la mystifier.
  • Bien s’entourer : faire appel aux bons experts et ainsi mitiger les risques.

Se former ou pas ?

  • Ne pas se former : le risque est de prendre des décisions non éclairées, sauf à choisir d’investir plus en consultants.
  • Intermédiaire : l’université du vin, par exemple, représente un bagage non diplômant qui permet au moins d’avoir une connaissance des enjeux.
  • Se former : via, par exemple, un BTS viti-oeno, en présentiel ou par correspondance. Donne de vraies armes, qu’il faudra confronter à la réalité de vigneron.

Les experts
Indépendants

Œnologues, conseils en stratégie d’entreprise, conseillers viticoles, experts comptables, agents immobiliers, etc.

Comment choisir et ce qu’on peut en attendre ?

Œnologues conseils :
Peuvent aider à donner un style (depuis la plantation jusqu’aux assemblages, faire en sorte que le vin ait une expression particulière), ou simplement faire en sorte que vous soyez en conformité avec les constantes chimiques (vins sans déviation).

Conseillers viticoles :
Permettent d’optimiser votre matériel végétal, d’avoir des raisins en quantité et en qualité.

Experts en stratégie d’entreprise :
Professionnels qui ont développé une offre spécifique pour accompagner les personnes qui veulent créer ou reprendre un domaine : au niveau du choix du bon domaine, de la construction du business plan, de la vision stratégique et de la gestion des risques.
Voir dans « livres et ressources » l’exemple de Projet Terroir.

Experts en obligations administratives et légales :
Professionnels qui ont développé une offre spécifique pour accompagner les vignerons dans leurs démarches administratives : cela peut se traduire en un soutien pour les démarches quotidiennes ou en une prise en charge de missions lourdes et spécifiques (comme les démarches administratives liées à l’ouverture d’un nouveau marché export ou l’accompagnement à la certification).

Experts comptables :
Deux compétences possibles (qu’on ne va pas nécessairement retrouver dans la même personne) :

  • Une optimisation fiscale des sociétés,
  • Et/ou accompagner sur la stratégie via un calcul/estimation du coût de revient par bouteille ou par cuvée.

Agents immobiliers :
Deux compétences fortes :

  • Expertise sur les évaluations de biens et les conformités,
  • Accompagnent dans les négociations.

Livres
et ressources

  • Le livre Entreprendre dans le Vin de Martin Cubertafond – consultant en stratégie et maître de conférence à Sciences Po Paris.

A titre personnel, il s’agit de ma bible. C’est le seul ouvrage (à ma connaissance) vraiment sérieux (et en français) qui couvre tous les aspects du management du vin.
Vous y comprendrez notamment pourquoi avoir une entreprise à succès dans un autre secteur ne préjuge en rien de votre réussite dans le vin.

  • Le guide du Néovigneron de Loïc Perrin (consultant en stratégie d’entreprise à l’adresse des vignerons) et Stéphane Gallet (vigneron et œnologue).

C’est une belle ressource très bien conçue. Ce guide est très concret et pourra vous ouvrir sur les différents enjeux auxquels vous serez confrontés ; vous proposer une méthodologie et quelques clés pour comprendre le secteur et « par où commencer quand on veut se lancer ».
Directement téléchargeable sur leur site : ici.

  • Le livre Les formations diplômantes dans le vin de Valérie Gosselin.

C’est un petit précis qui présente l’ensemble des formations diplômantes en enseignement initial, continu ou en alternance « reconnues par l’État français et conduisant aux métiers de la vigne et du vin ». 
Intéressant si vous avez l’excellente idée de vous former, mais date un peu.

  • La newsletter Vitisphère

Qui permet de comprendre quels sont les enjeux et actualités de la profession.
Pour vous y abonner : ici.

  • Journaux : La Vigne, Réussir Vigne, monviti.com

Permettent de comprendre quels sont les enjeux et actualités de la profession, selon des lignes éditoriales différentes.

  • Revues : Terre de Vins, La Revue du Vin de France

Adressées à un public d’amateurs, ces revues sont précieuses pour la notoriété d’un domaine ou pour être en veille sur les attentes des consommateurs.

  • Le livre L’Œnologie de Colette Navarre

Référence technique, qu’il n’est pas nécessaire de maitriser en entier : plus que le niveau de BTS.

  • Le livre Manuel de viticulture de Alain Reynier

Idem Colette Navarre.

  • Le livre La révolution d’un seul brin de paille de Masanobu Fukuoka

Présente une introduction à l’agriculture sauvage et sa philosophie du « non-agir ». C’est une ressource intéressante à connaître dans le contexte actuel, pour s’ouvrir à des perspectives différentes de l’agriculture conventionnelle.

  • Terra Hominis

Financement participatif vin. Une autre manière de vivre son projet.
Leur site ici.

  • Le Guide Coût des fournitures en viticulture et œnologie 2022

Comme son titre l’indique. Le lien ici.

  • Chambres d’agricultures

Très bonnes ressources pour avoir une idée des coûts.

  • Le site Génération Vigneron

Une belle balade dans ce qui existe. Découverte d’autres vignerons.
Le lien ici.

  • La chaîne YT Le Coam de Yann Rousselin

Elle peut être une porte d’entrée très qualitative pour apprécier la dégustation, mais n’aide en rien dans un projet de création ou reprise de domaine.
Le lien ici.

  • La BD Le Vin c’est pas sorcier d’Ophélie Neiman – journalise vin pour Le Monde

Petit précis d’oenologie illustré. Très beau livre pour s’initier aux différentes dimensions qu’englobe le monde du Vin.
N’aide en rien pour un projet de reprise/création de domaine, mais peut aider à fédérer sa famille autour du projet.



Il y a évidemment d’autres ressources très qualitatives.
Je n’ai mis ici que ce qui m’a marqué personnellement.
Si j’en ai honteusement oublié une en particulier – et c’est évidemment le cas, n’hésitez pas à m’envoyer un message.

Une question, ou l’envie d’échanger ?